selection d'actu

Le service civique : décryptage

Sorti des cartons cette année, le service civique prend la suite du service civil volontaire. Destiné aux jeunes entre 16 et 25 ans, il a pour objectif de « faire émerger une génération engagée », mais aussi de donner « l’opportunité de s’engager, de donner de [son] temps à la collectivité, tout en renforçant la cohésion nationale et la mixité sociale »*.

Les conditions de mise en place sont assez claires. Le volontaire doit signer un contrat avec sa structure d’accueil. Ce contrat permet de fixer la durée de la mission – de 6 à 12 mois – mais aussi la durée de travail hebdomadaire – entre 24 et 48 heures – et d’une manière plus globale, l’ensemble des obligations des deux parties. En effet, si le volontaire aura une mission bien précise à réaliser, la structure d’accueil s’engage envers le volontaire sur plusieurs points : – lui assigner un tuteur qui préparera son arrivée et le suivra tout au long de sa mission, – lui faire suivre une formation civique, – l’accompagner dans son orientation professionnelle, – diversifier les profils des volontaires accueillis.

N’importe quelle structure ne peut accueillir un volontaire du service civique. Les seuls organismes autorisés sont : – les organisations à but non lucratif de droit français : associations, fondations, fédérations, ONG ; – les personnes morales de droit public : état, collectivités territoriales, établissements publics. Dans tous les cas, la structure doit avoir obtenu un agrément auprès de l’Agence du Service Civique, en charge de ce dispositif.

De même, les missions réalisées par le volontaire sont restreintes, et doivent être « d’intérêt général dans des domaines d’actions reconnus prioritaires pour la Nation ». Ainsi, il est seulement possible d’agir dans les domaines suivant : – solidarité et lutte contre l’exclusion, – éducation à la santé et promotion de la santé des jeunes, – éducation pour tous et accès aux pratiques culturelles et sportives, – pédagogie du développement durable, – mémoire et citoyenneté, – solidarité internationale, – intervention d’urgence en cas de crise.

Pour être volontaire, les conditions sont assez simples : avoir entre 16 et 25 ans, être de nationalité française, d’un pays de l’Espace Économique Européen ou justifier d’un séjour régulier en France depuis plus d’un an. Pour les mineurs, il suffit juste d’avoir une autorisation parentale en plus.

Concernant la rémunération, il s’agit en réalité d’une indemnisation de 440 € par mois, payée directement par l’État. Il est cependant possible d’y ajouter 100 € de la part de la structure d’accueil pour le transport et la nourriture ainsi qu’une bourse supplémentaire de 100 € de la par de l’État. Au final, le volontaire touchera entre 440 et 640 € par mois. Pendant cette période, il est important de savoir que le volontaire bénéficiera d’une couverture sociale complète, financée par l’État et que les trimestres effectués comptent pour la retraite. Par contre, les éventuelles allocations chômage ou le versement du RSA est suspendu.

Les organismes publics impliqués dans le service civique sont l’ACSé (Agence nationale pour la Cohésion Sociale et l’égalité des chances), l’INJEP et France Volontaires.

Ce dispositif devrait concerner 10 000 jeunes en 2010 et 75 000 jeunes d’ici cinq ans. L’Agence du Service Civique est en cours de création, mais les offres de missions et toutes les informations complémentaires dont vous pourriez avoir besoin sont d’ores et déjà disponibles sur le site www.service-civique.gouv.fr.

*Toutes les citations proviennent du site officiel du service civique.  

Laissez un commentaire

advert

Envie d'accompagner un jeune dans ses choix d'orientation? Devenez Parrain!

Contactez-nous au 06 69 63 32 33 / Contact

Témoignage de Catherine, marraine au lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois

Suivez actenses partout