la vie du parrainage

Petit Tour du Monde pour parrains et filleuls

Samedi 14 et 21 mai, parrains et lycĂ©ens des classes de seconde et première des lycĂ©es Maurice Eliot, Feyder, Paul ValĂ©ry et Delacroix se retrouvaient dans un cadre diffĂ©rent de celui du lycĂ©e…Destination: le Quai Branly Ă  Paris, pour dĂ©couvrir les arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’OcĂ©anie et des AmĂ©riques, l’occasion pour tous de s’ouvrir Ă  d’autres cultures !

Pour mieux profiter de cette visite, afin qu’elle ne soit pas une succession d’objets de prime abord sans vie, et qu’elle devienne une succession d’histoires s’inscrivant dans les rites et légendes d’une culture, différentes visites guidées avec conférencières étaient prévues. Les visites permettaient soit la découverte du musée au fil des continents, soit des escales sur chaque continent : Afrique, Océanie, Amérique. Un autre thème de visite portait sur la perception du beau à travers les différentes cultures.

Sur un site très prisé, situé au pied de la Tour Eiffel, le Musée du Quai Branly a ouvert ses portes en 2006. Construit sur pilotis, par l’architecte Jean Nouvel, ce musée a été conçu en tant que « territoire ». Ainsi, afin de l’intégrer au mieux dans son environnement urbain, le bâtiment légèrement incurvé suit-il pendant 200 mètres la courbe de la Seine et s’entoure d’un jardin de 18 000 m2. La façade du bâtiment principal est quant à elle, couverte par un mur végétal de 800 m2 composé de 15 000 plantes verticales.

A l’intérieur, le Musée est organisé selon 4 zones géographiques, dans une ambiance feutrée. Le Musée a été pensé et conçu autour des collections, prévoyant d’accueillir des objets pouvant avoir une envergure exceptionnelle. La Tour de verre abritant les instruments de musique est une des caractéristiques du Musée, autour de laquelle s’entoure la rampe d’accès aux expositions permanentes.

Sont exposés masques, statuettes, tapis, enluminures, amulettes, manuscrits, totems, coquillages, chapeaux de danse emplumés, costumes, capes colorées, poupées rituelles, tuniques de guerriers sioux, stèles funéraires, instruments de musique…grâce aux explications des conférencières nous racontant des anecdotes allant de la vie quotidienne aux rites les plus mystiques, les objets prenaient vie captant même l’attention des lycéens les plus « loquaces » ! Ainsi a-t-on pu découvrir le rôle des masques dans la culture dogon pour les levées de deuil, comment et pourquoi des coquillages étaient des monnaies d’échange, comment des costumes de carnaval étaient conçus pour invoquer la Pachamama, quels pouvoirs magiques pouvaient posséder des statuettes, quelles valeurs pouvaient être prônées au travers de sculptures africaines…

Tout au long de ces visites, le métissage et la place de la femme au sein de ces sociétés étaient souvent valorisées, l’occasion de porter un regard différent sur ces sujets qui prêtent à débat. Ces visites étaient également l’opportunité de valoriser les cultures et l’art non occidental.

Lors d’une de ces matinées, sept speed dating ont également eu lieu, permettant à de nouveaux élèves d’avoir un parrain. Ces deux matinées se sont terminées par un pique-nique convivial sur le champ de mars sous un grand soleil, l’occasion pour parrains et filleuls d’échanger plus amplement sur la suite de leur parrainage.

Cette visite Ă©tait aussi l’occasion de rappeler aux Ă©lèves que tous les musĂ©es et monuments nationaux sont gratuits jusqu’à 26 ans…et que leurs cartes Imagin’R leur donnent accès tous les week-end, les jours fĂ©riĂ©s et pendant les vacances scolaires Ă  l’ensemble du rĂ©seau de transports public d’Ile de France !

Laissez un commentaire