la vie du parrainage

En immersion chez PriceMinister

Dans la cadre de programme de parrainage d’aide à l’orientation développé par actenses, Jérome Vivies, parrain au sein du lycée Olympes de Gouges et collaborateur PriceMinister, a accueilli avec ses collègues, deux filleuls de terminale STG/GSI, en collaboration avec Actenses et le Lycée.  Le but :  les aider à se faire une idée du monde du travail et des métiers de l’informatique, avant qu’ils effectuent leur choix d’orientation post-bac via APB.  Une expérience enrichissante, qui mérite d’être essaimée!


Pour chacun de ses stages actenses propose un encadrement juridique pour chacune des partie, définit les objectifs et le programme des journées en concertation avec le lycée les parrains et les filleuls. Un suivi individualisé est effectué avec les différents acteurs au terme de chaque parcours en entreprise.

Dans le cas de Saïdou et Aldessamad , les collaborateurs PriceMinister avaient pour programme de :
montrer que l’activité informatique s’inscrit dans une globalité (présentation de l’entreprise, du business / différents domaines & équipes – focus sur la DSI)
présenter 2 parcours (bac, choix d’orientation, études, stages, recherche d’emploi, emploi actuel) : BTS, DUT, Ingénieur  et échanges sur ce secteur d’emploi, perspectives d’embauche, salaires, etc.
– les accompagner sur les différents postes de travail et voir les salariés en situation de travail concrète

Les lycéens ont eu pour mission de retourner à actenses, au lycée et à leur parrain une synthèse de la journée passée en entreprise. Au travers de ces rapports, les jeunes nous font part de leur intérêt pour la genèse, le développement et les mutations de l’entreprise. Mais également du business modèle, du positionnement et des objectifs du groupe. La découverte des modes d’organisation et de répartition du travail, ainsi que la gestion des ressources humaines des différents départements et corps de métiers liés au secteur constituent une réelle découverte pour chacun d’entre eux. Au final, ce qui semble les marquer le plus, ce sont les témoignages et les parcours des différents collaborateurs qu’ils ont rencontrés.  
Saïdou confie :
Je me retrouve un peu dans son parcours on va dire, car lui aussi ne savait toujours pas quoi faire en terminale, sauf qu’il était en série scientifique, comme C. Lui aussi opta pour l’informatique mais envisageait tout plein d’autres choses. Il fit un DUT informatique puis il poursuivit pour être ingénieur, maintenant il est dans la boite depuis un an et est très bien dans son travail d’ingénieur d’études et de développement. JB a également fait de l’alternance, mais a choisi 6 mois d’école et 6 mois d’apprentissage. C., son parcours n’était pas le plus adapté pour devenir développeur, ayant choisi la filière scientifique, elle décida de faire un BTS Informatique et Gestion  sans pour autant avoir de compétences en informatique. Elle a aimé cela et s’en ait donné les moyens de le faire. Elle a obtenu un diplôme d’ingénieure grâce à sa poursuite d’étude tout en étant salariée. "

"En ayant découvert le vrai monde de l’informatique, et en ayant observé différents métiers de l’informatique, en m’étant entretenu avec différentes personnes au parcours scolaire et aux métiers différents, j’ai eu l’impression que l’informatique est un métier complexe mais sans savoir pourquoi des choses m’attire vers ce domaine. Certes je ne sais toujours pas quoi faire « après le bac », mais cette journée m’a donné envie de réussir en cours de GSI car mes notes ne sont pas fameuse. Développeur programmeur m’a l’air d’être un métier intéressant, mais je n’ai pas encore le langage informaticien pour le faire. Mais cela viendra, notamment si je fais un BTS IG. J’ai également remarqué que le travail et l’école sont entièrement différents. A l’école on se permet de rigoler, de ne pas suivre en cours, d’avoir des absences, d’être perturbateur. Alors qu’au boulot, l’ambiance est totalement différente, c’est le silence total, on se croirait en deuil. Il y a de la communication entre employés et ils semblent bien s’entendre mais on perd pas de temps, il n’y a pas de perturbation, chacun sait ce qu’il doit faire et si il y a besoin d’aide, on la trouve. L’employé est autonome et n’a personne pour surveiller sans cesse s’il fait ou non travail, comme c’est le cas l’école". 
 

En somme, ces initiatives et témoignages illustrent l’intérêt et la nécessité d’une confrontation directe avec le monde professionnel. Que se soit dans le cadre d’une réappropriation de la scolarité ou en termes de découverte des différents parcours d’orientation et d’insertion dans la vie professionnelle. Ici, les jeunes ont été suivis et coachés durant bientôt trois ans par leurs parrains. Leur rapport de stage montre à quel point les confrontations directes avec l’entreprise s’avèrent nécessaires.

Aussi  l’ensemble de l’équipe actenses se tient à votre disposition pour vous accompagner dans la mise en œuvre de ce type de rencontre, qu’elles soient effectuées par vous-même, vos collègues, ou d’autres parrains avec vos filleuls ou d’autres filleuls.

 

Crédits photo: Jérome VIVIES

Laissez un commentaire