la vie du parrainage

L’engagement ou le thème de la 5ème edition de l’after work des parrains

Pour la 5ème édition de l’after work des parrains, les bénévoles se sont retrouvés en petit comité le 15 mars dernier au Patio pour échanger, témoigner et rebondir sur la richesse et les expériences des uns et des autres. A cette occasion, Virginie, marraine au lycée Feyder (Epinay-sur-Seine) a proposé de s’interroger sur la notion d’engagement, ce qui a donné lieu à des témoignages très intéressants.

 

Qu’est-ce qui fait que je m’engage ?

Gladys, marraine au lycée Fauré, a expliqué que son engagement venait du fait que ses enfants font du bénévolat et l’ont ainsi encouragée. A cela, s’ajoute « une volonté d’apporter quelques chose en tant que tierce personne ». Pour autant, elle admet le besoin d’être encadrée dans sa démarche, d’où son engagement au sein d’une association comme actenses. Gladys n’attend rien de cet engagement et part du principe que si le jeune en tire quelque chose de bénéfique, alors ce sera une expérience positive.

En revanche, Virginie considère que son engagement ne peut durer si elle ne reçoit pas en retour. A titre d’exemple, elle a de la reconnaissance quand elle reçoit des nouvelles de l’association. Quant aux origines de son engagement, elles reposent sur différents facteurs : l’accompagnement de personnes pour la recherche d’emploi, son intérêt pour le lien social et le fait qu’elle ait 3 enfants adolescents.

Suite à la lecture d’un article paru dans Le Monde de l’Education, Vincent, parrain au lycée Maurice Eliot (Epinay-sous-Sénart), a trouvé que le concept du parrainage était « intelligent ». Son envie de s’engager répondait à l’envie d’aider, car lui-même aurait apprécié bénéficier de l’aide d’une personne ressource sur l’orientation pendant ses études. Son engagement repose aussi sur le fait qu’il soit « important de dire aux jeunes de faire ce qu’ils ont envie de faire et de leur donner envie de donner le meilleur d’eux sans s’autocensurer ».

Pour ou contre une formalisation de l’engagement?

Le débat s’est par la suite orienté vers la question de la formation au bénévolat. Gladys a reconnu pour sa part, la difficulté de ne pas avoir de formation au bénévolat, tout en avançant le fait que la richesse des expériences personnelles comptait mais avait aussi sa part de limites.

A l’idée d’un passeport bénévole qui serait délivré en fin de « mission d’engagement », (qui se met en place en l’occurrence par France Bénévolat), les réactions étaient partagées : certains étaient contre avec l’impression d’être évalué alors que d’autres ont estimé que c’est un bon moyen d’avoir un retour sur leurs actions de bénévole.

Nous invitons d’ailleurs nos chers lecteurs à contribuer au débat et ne pas hésiter à nous donner leur avis sur « pour ou contre une formalisation de l’engagement » !

A l’issue de cette rencontre, les parrains présents ont plébiscité ce rendez-vous car il est important pour eux d’échanger, de réagir et de se questionner sur cette expérience de parrainage.

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Le prochain after work est prévu le jeudi 31 mai, entre 19h et 21h30 au Comptoir du Commerce à Paris. Ce sera l’occasion de terminer l’année (scolaire) en vous remerciant pour votre engagement à nos côtés et celui des jeunes.

Laissez un commentaire

advert

Envie d'accompagner un jeune dans ses choix d'orientation? Devenez Parrain!

Contactez-nous au 06 69 63 32 33 / Contact

Témoignage de Catherine, marraine au lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois

Suivez actenses partout