la vie du parrainage

Cap sur la mobilité au lycée Champlain de Chennevières-sur-Marne!

Dans le cadre de la 3ème année du programme de parrainage d’aide à l’orientation mis en place au sein du lycée Champlain de Chennevières-sur-Marne, il était intéressant d’aborder la question de la mobilité. A la demande du lycée et pour répondre à un besoin d’informations de la part des élèves, actenses a mobilisé ses partenaires qui se sont réunis le 17 mars dernier pour présenter différents dispositifs de mobilité : Service Volontaire Européen, Eurodyssée, Erasmus, stages à l’étranger et le programme « assistant professeur de français à l’étranger ». Témoignages et échanges avec les jeunes se sont succédés autour de la mobilité : que ce soit pour faciliter son insertion professionnelle, pour l’expérience personnelle ou encore la réalisation d’un projet interculturel, cette expérience constitue aujourd’hui un atout essentiel dans le cadre de la construction d’un projet professionnel. Objectif de cette rencontre: leur donner envie de voir du pays !


Le Service Volontaire Européen

L’intervention a débuté par le visionnage d’une vidéo de jeunes témoignant de leur expérience de Service Volontaire Européen (SVE), puis Mme Marchand, coordinatrice du CADRIJ 94 (coordination des PIJ et BIJ du Val de Marne) a pris la parole pour expliquer en quoi consiste le SVE : « il s’agit d’un volontariat, et pas d’un stage, au service d’une communauté ; ce qui implique les notions d’engagement, de motivation mais également de partage et de citoyenneté européenne ».

En effet, le programme permet la découverte culturelle au sein des 27 états membres de l’Union Européenne et s’adresse aux 18/30 ans (une extension vient d’être faîte pour les jeunes de 16/17 ans). La structure d’envoi à laquelle il faut s’adresser est le CIDJ.
Concernant l’aspect financier, le voyage aller/retour est pris en charge et l’hébergement sur place est assuré par la structure d’accueil (en famille, studio, foyer, etc.). Le jeune perçoit 125 euros d’argent de poche plus une somme supplémentaire qui est variable en fonction du pays, du projet, à l’instar du transport qui est pris en charge en adéquation avec la spécificité du projet.

Le jeune est toujours en contact avec un responsable pendant la durée de son SVE. Pour participer, le jeune doit rédiger un CV et une lettre de motivation. Enfin, l’intervenante a précisé que le SVE rentrait dans le cadre de l’éducation non-formelle et qu’en ce sens il n’y avait pas de diplôme délivré à l’issue d’un SVE. Les critères de sélection sont : motivation, disponibilité dans les périodes d’éligibilité, et surtout bien mettre en avant ses envies.

Shkurte, étudiante norvégienne en SVE en France a pris la parole en anglais pour témoigner de son expérience. Arrivée en janvier pour une période de 6 mois, elle réalise actuellement, via le CDRIJ 94, une mission de témoignage et d’informations sur les différents programmes. Elle a expliqué aux élèves qu’il n’y a pas de formation spécifique à avoir pour réaliser un SVE: « on attend d’un jeune de la motivation et de l’intérêt pour le programme et la réalisation d’un projet ».

Sur la question de la langue, elle a renseigné sur la possibilité de suivre des cours dans le pays d’accueil et qu’il est préférable d’avoir tout de même quelques notions avant de partir. Elle a conclu son intervention sur ce que lui apporte cette expérience, à savoir l’apprentissage du français, apprendre à être indépendante et une expérience de vie utile.

Le programme Eurodyssée

Andréa Manteca, jeune espagnole qui réalise actuellement un stage à l’APRECA dans le cadre du programme Eurodyssée, a présenté aux élèves le dispositif et ses avantages. Lancé en 1985, le programme Eurodyssée permet de confronter les jeunes aux réalités socio-économiques d’autres régions. Il donne la possibilité aux jeunes d’élargir et de diversifier leurs expériences professionnelles et leurs horizons culturels.

Pour y participer, il faut être âgé entre 18 et 30 ans, être domicilié en France, demandeur d’emploi, disponible de 4 à 7 mois et avoir une connaissance minimale de la langue de la région d’accueil. Le programme dispense alors d’une formation linguistique de 3 ou 4 semaines et d’un stage pratique de 4 à 7 mois en entreprise dans les pays suivants : Espagne, Allemagne, Suisse, Belgique, Hongrie, Portugal, Roumanie, Croatie ou Norvège.

Le jeune perçoit une bourse ou une rémunération couvrant les frais de séjour (logement, repas et transport sur place), bénéficie d’un hébergement (foyer, appartement ou famille), d’une protection sociale et d’une assurance rapatriement-responsabilité civile. Le statut du jeune, est quant à lui, définit par la législation de la région d’accueil (étudiant – jeune en formation, stagiaire de formation professionnelle, salarié). Enfin, un suivi logistique est fait par un correspondant Eurodyssée et des activités culturelles sont organisées dans la plupart des régions.

Après le stage, le jeune doit remettre un rapport de stage à la région d’accueil et d’envoi. Ce document permettra la délivrance du certificat de stage. Pour postuler, il faut envoyer à l’APRECA un CV et une lettre de motivation précisant la région, la langue et l’activité recherchée, candidature qui sera alors suivi d’un entretien.

Le programme ERASMUS et stages à l’étranger

Carmen, étudiante en MBA e-Business et à peine 24 ans, a déjà de belles expériences de mobilité à son actif: job d’été en Espagne, programme Erasmus au Danemark, stages à Namibie et à Sydney. Elle a ainsi témoigné auprès des élèves sur ce que ces expériences lui ont apporté : « ouverture d’esprit, de la crédibilité auprès des entreprises, les langues » et ont mis en avant sa motivation et sa détermination.

Pour son stage en Espagne, elle a postulé auprès du site Job Europe et a ainsi travaillé dans un restaurant et fut logée au sein d’une famille d’accueil. Grâce au programme Erasmus, elle a réalisé un semestre d’échange universitaire à Odense au Danemark et présenté aux élèves les démarches à suivre : poser sa candidature auprès du département de l’université avec la possibilité de donner plusieurs choix de destination, avoir de bons résultats, les démarches à faire pour obtenir une bourse et trouver un logement sur place.

Elle a par ailleurs souligné que partir en groupe et donc s’organiser à plusieurs permet de se soutenir et de d’entraider si besoin. Le programme dispense également de cours de langues dans le pays d’accueil.

Pour les stages à l’étranger, Carmen a précisé aux élèves l’importance de s’y prendre très en avance et de ne pas hésiter à opter pour des candidatures spontanées. Pour ce qui est des bourses, se renseigner auprès de l’université, de la ville et du département.

Partir en tant qu’assistant de professeur de français
M. Afonso, CPE au lycée Champlain, a conclu la rencontre en témoignant de son expérience d’assistant de professeur de français en Angleterre : les étudiants en langue peuvent bénéficier de ce dispositif auprès de la fac, qui propose donc un poste d’assistant à l’étranger pendant 8 mois, de 8 à 12 de travail hebdomadaire. L’étudiant est totalement pris en charge et bénéficie d’une rémunération.

Cette première édition sur la mobilité s’est révélée être une expérience positive pour l’ensemble des acteurs : les élèves se sont montrés très intéressés par le sujet, ils n’ont d’ailleurs pas hésité à poser des questions aux intervenants pendant leur intervention et à venir les voir en fin de rencontre. Une expérience positive pour nos intervenants, qui ont apprécié la possibilité de partager expériences et informations avec les jeunes.

Actenses et le lycée Champlain les remercient vivement pour leur disponibilité et leur générosité.

 

D’autres dispositifs de mobilité :

 

Laissez un commentaire

advert

Envie d'accompagner un jeune dans ses choix d'orientation? Devenez Parrain!

Contactez-nous au 06 69 63 32 33 / Contact

Témoignage de Catherine, marraine au lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois

Suivez actenses partout